Devenir Mangaka, un rêve chimérique ou un objectif sérieux? Nos élèves diplômés racontent leur expérience.

SERYMARU : « Etudier dans la section manga a été une expérience tout à fait inédite et passionnante. Le professeur , une manga japonaise talentueuse, n’a eu de cesse de m’impressionner par sa technique et ses connaissances. Le savoir faire qu’elle inculque pendant 3 ans permet de se sentir serein et confiant une fois la formation terminée.

Le niveau de manga atteint dans la section manga m’a permis, par la suite, de remplir des missions diverses : collaboration avec scénariste, concours de bandes dessinée, illustrateur, création de logo, design de tatouage ainsi que l’enseignement à des amateurs et curieux du manga de plus en plus nombreux… vente de planches, expositions en galerie. Cette formation m’a vraiment permis d’être à l’aise dans les métiers de l’image. »

ELIAS-J : « Au cours de mes 3 ans de formation (2011-2014) au sein de l’école de A.A.A Section Manga Paris, sous la direction de la Mangaka Mme Kaori YOSHIKAWA, j’ai découvert un univers et un enseignement atypique et extrêmement enrichissant, aussi bien techniquement que personnellement. Ainsi, j’ai pu apprendre et comprendre, dans son ensemble, le métier méconnu de Mangaka. Aujourd’hui, le Manga n’est plus qu’une simple passion mais belle et bien un mode de vie.

A présent, je continue encore d’acquérir de l’expérience à travers diverses réalisations (concours de Manga, enseignements, illustrations, etc.), sans oublié mon combat à la conquête des maisons d’éditions. »

RAUJ : « Aucun ennui pendant trois ans ! Je dirais même qu’on voudrait y rester tellement l’enseignement est riche. Avec A.A.A, on n’apprend pas qu’à dessiner du manga. On apprend à créer notre manga avec notre philosophie, soutenu par un professeur qui est toujours derrière nous. Mais attention, elle ne nous aide, que si on lui demande car il faut savoir s’imposer pour se faire éditer et même ça, on l’apprend.

Chez AAA on approfondit nos compétences avec un maximum d’expérience. On apprend que l’on peut tout faire et on est toujours soutenu, que ce soit dans notre scolarité ou notre carrière. A.A.A, c’est une école aussi proche qu’une famille. »

CHU LN: « En entrant chez AAA Ecole de Manga, j’ai appris que le manga était plus qu’un dessin que l’on fait sur une feuille avec un crayon, c’est un art qui demande du travail et surtout de la passion. C’était génial, je ne regrette pas d’avoir fait la formation car j’ai enfin les armes pour faire vivre le manga. Donc si vous voulez connaître tous les secrets d’un(e) mangaka japonais(e), c’est par ici ! »

ISABELLE : « Durant toute mon adolescence, le simple fait d’espérer à pouvoir un jour exercer dans le milieu du manga relevait de la rêverie pure et dure. La formation que j’ai reçu à la section manga m’a permise de donner du corps à ce fantasme, à en faire non plus une chimère mais bel et bien un projet. Kaori Yoshikawa a su nous aider, mes camarades de promotion et moi même, à découvrir notre potentiel et à en faire une matière première exploitable et prometteuse. Par la suite, l’école A.A.A. m’a permise de transmettre le savoir-faire de Kaori par le biais d’atelier d’initiation au manga que je tiens régulièrement au sein de diverses structures. En bref, la section manga fût une expérience très épanouissante et enrichissante autant sur le plan professionnel que personnel. »

A lire également l’interview de Kristeiva Casseus, ancienne élève de AAA Ecole de Manga : « Je dois dire que l’école à dépassé mes espérances, […] je n’étais pas sur à 100% de vouloir faire du manga, en fait je voulais surtout éviter la fac, mais j’y suis allée et j’ai été émerveillée de tout ce que j’ai appris, je ne m’y attendais pas du tout! Je retiens le rôle de mentor que Kaori à eu pour moi, bien sûr la formation en elle même qui m’a donné des bases solides pour ne serait-ce qu’oser me lancer dans le milieu, et aussi l’ambiance d’une flopée de personnes motivés qui ont la même passion que toi (et qui enfin ont des références similaires aux tiennes) ! Alors oui il y a eu des moments difficiles, des déceptions aussi, mais je ne regrette rien! Ça valait le coup ! x) J’ai aussi appris à mieux me connaître et à mieux cerner ce que je voulais ».